Purée v/s DME : joker méthode mixte !

Tous les parents se sont sûrement déjà posé la question, THE question (bon ok après : allaitement or not, et couches lavables or not) : purée ou pas purée pour la diversification alimentaire ?

En ce moment de plus en plus de parents se mettent à la DME à la place de la diversification traditionnelle. Notre petit monstre est diversifié depuis environ 10 mois maintenant, et avec le petit recul que j’ai, je peux enfin faire un bilan de la méthode mixte. Parce que oui, plutôt que de faire simple, l’un ou l’autre nous avons fait les deux ! On aime les challenge chez nous !

Purée v/s DME : kezako ?

La DME c’est la Diversification Menée par l’Enfant. Il y a beaucoup de site qui expliquent très bien le principe dont celui-ci : Bébé mange seul.

En gros, pour faire simple, on ne propose pas de purée au tout petit mais la même chose qu’à nous adulte, adapté bien sûr à son âge. Donc des légumes bien cuits et fondants à la vapeur ou à l’eau par exemple, de la viande tendre (et sans os quand même). On évite les aliments trop friables ou qui se cassent en gros morceaux comme la pomme cru au tout début. il faut un juste milieu en somme.

Et là, c’est le moment où ceux qui ne connaissent pas interviennent pour empêcher le petit bout de chou de 6 mois de s’étouffer avec un morceau de courgette et pestent sur l’inconscience de ses parents. Sauf que les petits gèrent bien mieux que ce que l’on croit la mastication. Donc un enfant de 6 mois, si il répond à certaines conditions, peut tout à fait manger des morceaux contrairement à ce que nous vendent les marques.

Quelles sont ces conditions ?

  1. l’enfant doit pouvoir se tenir assis droit. Si il n’est pas droit il y a un risque de fausse route. Donc rarement avant 5-6 mois.
  2. laisser faire l’enfant, lui faire confiance, au début il va passer 3h avec un seul bout de navet, mais c’est le temps qu’il teste, touche, goûte.
  3. surtout ne pas nourrir l’enfant soi-même surtout au début. Il y a le risque d’en mettre trop dans sa bouche. et si il a du mal à attraper le fruit ou légume glissant, nous le tenions, et lui poussait notre main avec la nourriture vers sa bouche, ou nous l’aidions à le prendre en main et il faisait le reste.
  4. ne pas s’affoler en cas de réflexe vomitif. Au début l’enfant va découvrir la nourriture qui se balade dans sa bouche et elle peut aller un peu trop en arrière, mais ils ont d’excellents réflexes vomitifs, des hauts le coeur, et ça les aide à expulser vers l’avant le morceau. Si et seulement si il devient rouge et semble avoir du mal, alors on peut intervenir, nous le penchions juste un peu en avant pour l’aider à le refaire venir sur l’avant et lors de rares cas, nous le posions sur notre cuisse avec son ventre, puis ça le dégageait instantanément, après un doigt en bouche pour sortir le morceau et hop c’est bon.
  5. un conseil en plus : faire les formations premiers secours nourrissons et enfants, ça rassure quand même beaucoup.

Vous pouvez voir de superbes affiches qui expliquent tout ça sur le site de Bougribouillon.

Et la méthode mixte alors ?

Certains appellent ça méthode mixte. Vous pouvez en lire plus sur le site de Naître et grandir. (bon je retrouve plus l’article mais il y en a un bien sur la DME aussi)

Nous avons opté pour cette méthode car nous avons pesé le pour et le contre de chacune des méthodes.

La purée :

  • Pour : pratique, on réchauffe et en 5 minutes c’est prêt. Vraiment bien quand on a rien sous la main ou pas le temps de cuisiner parce qu’on rentre du boulot et que le petit monstre a faim à 18h pile. En plus ça se transporte facilement aussi.
  • Contre : ben la purée c’est pratique mais y’a pas de mâche, tout est mélangé. Et même si il y a des petits pots bio super bon (nous on adoré les Babybio miam miam, avec des noms qui font rêver) ça coûte cher et ça ne permet pas de goûter à beaucoup d’aliments.

La DME :

  • Pour : l’enfant mange très vite comme nous. On a pas besoin de faire 15 repas différents. Il apprend à mâcher et se débrouille seul. ça c’est vraiment bien quand on mange et lui aussi, et il participe vraiment au repas.
  • Contre : ceux qui disent que c’est écologique… mouais enfin au début y’a quand même pas mal de perte, plus qu’avec les purée (on garde les pots de verres pour avoir des contenants à desserts maisons). Il faut être prêt à passer du temps à table, cuisiner un minimum, et nettoyer le carnage après. Heureusement ça ne dure pas trop longtemps. Aujourd’hui, à 16 mois, il mange proprement (sauf quand il décide de faire une création artistique avec de la nourriture). Bref il faut être motivé.

En pesant donc les pour et les contres de chacune des méthodes, et après discussion avec ma Tutinette de cousine, nous avons donc opté pour la méthode mixte : des purées et de la finger food.

Illustration de Fanny Vella

Méthode mixte : comment ça marche ?

On propose à chaque repas (mais cela peut varier suivant le temps que vous avez) des morceaux sous forme de longues frites plus adaptées à la prise en main au début (après on peut changer) et de la purée. Les morceaux plutôt au début pour qu’il grignote et mâche, et la purée quand on commence à être pressé par le temps et qu’on veut finir de le nourrir. Sauf que vu qu’il a déjà grignoter, il ne pas manger sa purée en entier, donc surtout il faut bien faire attention à son envie et sa satiété. C’est pas un gavage non plus.

Au tout début de la diversification, nous étions en vacances, nous en avons donc profité pour lui faire 2 semaines de DME dès le début. Il a commencé avec des courgettes, carottes et navets bien cuits et fondants. Il a adoré et c’était tellement mignon de le voir essayer de mettre en bouche, puis rater, puis ré-essayer et enfin réussir au bout de la troisième fois.

Le gros avantage de la DME c’est que les petits comprennent rapidement le principe, et cela devient vite plus simple. En plus ils mangent tout de suite des morceaux, donc on a pas eu à s’inquiéter quand on lui a pris des purées à morceaux sur comment il gérerait.

Au tout début on lui donnait peu de purée et plus de morceaux, mais chez la nounou, pour lui faciliter la vie, il a eu des purées + morceau de pain. Il adorait le pain parce que du coup ça lui soulageait aussi les dents qui poussaient. Le soir, on mangeait et lui grignotait des morceaux avec nous, mais très peu, puis un petit biberon et c’était bon.

La DME propose de faire tout se suite 4 repas solides par jour pour les petits. Nous avions plutôt laissé faire le petit sur son envie. Du coup il est resté 1 mois et demi avec un biberon le soir à la place d’un repas solide, car il ne réclamait pas de purée ou de morceaux plus que ça. Ou plutôt, il réclamait un ou deux morceaux puis le biberon. Et un jour, il nous a rejeté le biberon et a pointé la pizza du doigt. C’était parti pour le repas du soir.

Comme le soir c’était avec nous, nous avons donc pris l’habitude de le faire manger avec nous, et dès qu’il en avait marre, à jeter la nourriture, on lui proposait un peu de purée, et il se jetait de lui même dessus. Dès qu’il boudait la purée, hop, on l’enlevait et on la gardait pour le lendemain soir. Après on est aussi très vite passé aux purées à morceaux 15-18 mois.  En même temps il avait l’habitude des morceaux donc à 8 mois il lui en fallait aussi dans la purée.

Aujourd’hui, à 16 mois, il fait des repas comme nous. Il boude les dernières purées qu’on a en stock pourtant parfaitement adaptées à son âge. Sauf que bon, lui il a l’habitude des morceaux alors on lui fera plus avaler ça. Il y a deux semaines j’en avais emmené deux de secours pour les quelques jours que j’ai passé chez une copine à Paris… c’était la crois et la bannière pour lui en faire avalée une. Il a préféré me piquer mon sandwich pain + fromage + jambon.

Il n’y a pas de méthodes parfaites. Chacun choisit celle qui lui correspond le mieux par rapport à son travail, son mode de vie, ses choix d’éducation, le temps qu’il a à y accorder, etc… Cet article c’était surtout pour vous présenter les différentes possibilités, d’autant plus que la DME à le vent en poupe, mais il faut savoir à quoi s’attendre avant de s’y engager.

Pour nous en tout cas, la méthode mixte était la plus appropriée, elle nous a permis de faire de la DME tout en se facilitant la vie lorsque nous étions à court de temps ou pressé ou dans des travaux de rénovation de l’appartement à n’en plus finir (arrghhhhhhh). Cela nous a aussi permis d’avoir les avantages de la DME, nous voulions que le petit monstre ait un peu d’indépendance rapidement dans les repas, pour nous mais aussi pour lui (quand il veut, il fait savoir qu’il veut faire seul), nous voulions aussi qu’il soit vite habitué aux morceaux, en effet, le passage par la purée rend, semble-t-il, plus compliqué le passage aux morceaux alors qu’au tout début ils ont encore le réflexe vomitif qui va les protéger un peu plus de la fausse route, et surtout nous voulions ne pas avoir à nous inquiéter quand il mange des tomates cerises, des chips ou autres choses qui peuvent possiblement causer des étouffements. Bref nous voulions les avantages de la DME mais sans trop d’organisation, du coup la méthode mixte était parfaite.

J’ai failli oublier : le gros avantage surtout c’est qu’en plus on peut lui faire goûter tout ce qu’on mange donc il a pu découvrir les plats que j’adore : le curry, les plats asiatiques, la soupe miso, les crevettes tempura (il a une passion pour les crevettes), les fajitas maison, l’avocat! MIAM ! (et maintenant j’ai faim)

Et toi ? tu as choisi une méthode ? Tu connaissais la DME ? Tu feras quoi pour le petit ou la petite ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Replies to “Purée v/s DME : joker méthode mixte !”

  1. Merci pour ce retour d’expérience ! La DME m’intéresse sur le principe mais je ne me voyais pas trop imposer ça à la nounou… La méthode mixte m’ouvre donc de nouvelles perspectives !

    1. Désolée pour la réponse tardive : c’était des semaines chargées en travail puis un petit voyage pour les vacances !
      Tu me donneras un retour sur ton expérience quand vous vous y mettrez ? Il/elle a quel âge le.a petit.e ?

Les commentaires sont clos.