NaNoWriQuoi ? Un mois d’écriture !

Cette année je retente l’aventure du NaNoWriMo – explication plus bas. Il faut dire que l’an passé j’avais été tentée de le refaire mais je n’avais ni le temps ni les idées pour. J’avais repris mes études, et j’avais beaucoup de choses à rendre plus une préparation à un concours.

Mais du coup, ai-je réellement plus de temps cette année vu que je dois finir mon master et bosser en même temps vu que je suis prof stagiaire ? Et bien, le congé mat’ qui vient tout juste de débuter me donne un peu de temps. Une fois le petit monstre né par contre, ce qui ne saurait tarder, ce sera une autre histoire… Néanmoins je me suis dit : je vais retenter l’aventure !

nanowrimo-france

Qu’est-ce que le NaNoWriMo ?

Donc qu’est-ce que le NaNoWriMo ? C’est tout d’abord un acronyme en anglais. Décomposons-le et traduisons-le :

  • Na pour National
  • No pour Novel
  • Wri pour Writing
  • Mo pour Month

C’est donc le Mois national pour l’écriture d’un roman ! Youhou !

Ok…. Bon ça te parle moyennement on dirait. Donc on va un peu expliciter – surtout que j’ai déjà 1400 mots de retard ha ha !

Le NaNo (c’est plus court comme ça, parce que bon à force mes doigts commencent à fatiguer), c’est un mois d’écriture pour arriver à un résultat : un roman ou une série de nouvelles d’au moins 50 000 mots en tout. Oui oui rien que ça. Ce qui veut dire une moyenne de 1 666,666666666667 mots par jour ! (vous voyez aussi la répétition des 666… c’est un signe que ce projet est un projet démoniaque : plus de vies, plus d’amis, juste un ordinateur ou un cahier avec stylo, des larmes, du sang et des mots à écrire).

Pour le petit historique : c’est un challenge qui est né aux États-Unis en 1999. Au départ il n’y avait que 21 participants se soutenant dans ce projet un peu fou.

L’an passé, en 2015, il y a eu, très exactement, 431 626 participants soit une multiplication par plus de 20 500 fois environ du nombre de départ, donc une augmentation de plus de 2 055 361 % du nombre de participant. En bref : ça fait beaucoup ! Et l’événement qui au départ était américain et aujourd’hui INTERNATIONAL !

nano_feature

Plus de 25 romans issus du NaNo ont été publiés dans les circuits traditionnels, mais avec le peu de temps alloué à l’écriture, un mois seulement, si quelqu’un a un vrai projet d’écriture et de publication, il faudra s’investir longtemps après encore. Mais cela reste tout de même un bon point de départ ou un bon moyen de rebooster sa propre motivation.

Mais quoi écrire ?

Voilà la deuxième question intéressante. Parce que oui, tu es peut-être motivé par ce challenge, mais l’inspiration ou les thèmes ne viennent pas tout seul, malheureusement.

Le premier point important à retenir c’est que finalement, ce qui prédomine dans ce challenge c’est la quantité, atteindre les 50 000 mots et non la qualité. La philosophie, si l’on peut dire cela, du NaNo, c’est prendre du temps pour écrire, s’allouer 1 heure ou plus par jour pour laisser divaguer son imagination, laisser courir ses doigts sur un clavier ou le stylo sur une feuille blanche et ECRIRE. En majuscule s’il vous plaît, parce que c’est important. Voilà, il n’y a rien d’autre. C’est vraiment essayer de faire travailler son imagination, et se donner du temps pour quelque chose qu’aujourd’hui on fait de moins en moins. La qualité peut-être présente, mais finalement, si on arrive à tenir le rythme -ce qui pour moi est déjà mal barré- c’est un très bon début.

nanoprep

Le thème tout comme la forme peuvent être varié. On peut écrire un roman d’amour, ou une comédie, un policier, un livre dont on est le héros ou des nouvelles. Cela peut même être des correspondances. Le style, la forme, les thèmes, tout est libre ! Et heureusement d’ailleurs parce qu’écrire un roman en un mois…. Avec des obligations en plus, ce ne serait pas jouable.

Qu’est-ce que j’ai choisi moi pour cette année alors te demandes-tu (ou non d’ailleurs) ?

Moi je n’ai pas vraiment préparé ce que j’allais écrire, donc je n’ai absolument aucune idée, mais vraiment aucune. Donc comment vais-je tenir ?

Et bien j’ai trouvé une parade, quoi que ce ne soit pas interdit donc ce n’est pas vraiment une parade. Je vais tout simplement en profiter pour écrire des articles pour mon blog, pour d’autres blogs et notamment finir de raconter mon récit de mariage sur Mademoiselle Dentelle, des textes pour moi, des chansons pour le groupe de mon homme – si son groupe est toujours vivant parce que bon, en ce moment on se demande si il va pouvoir reprendre – mais aussi mes devoirs pour la Fac et mes cours pour mes élèves ! Oui oui, tout ça ! C’est un bon moyen je trouve de tenir le rythme et d’enfin avancer sur tout ce que je dois faire. C’est un peu mon challenge personnel.

Et comment maintenir la motivation ?

C’est là que tout l’intérêt du NaNo se dévoile. En effet, écrire un roman en un mois on pourrait tous le faire de son côté quand on voudrait. Il s’agit juste de se mettre une date de début et une date de fin. Sauf que tout seul, la motivation se perd assez vite, même très très vite.

Le NaNo c’est aussi une communauté. Avec des forums, des conseils, des mails, et donc du soutien ! Je fais partie d’un groupe de bisounours licornes à paillettes depuis 2 ans et demi maintenant. Sur ce groupe on discute de tout et de rien, on a nos kiffs et nos non-kiffs, on a des affinités plus ou moins marquées et surtout des projets en commun pour certaines. Le NaNo nous sommes donc quelques unes du groupe à s’y être mise cette année et donc nous nous motiverons ensemble.

nanowrimo_desktop_by_hermiejr157

Mais il y a aussi le site du NaNo avec une forte communauté pour se soutenir. Et il y a aussi des soirées d’écritures, voire des nuits d’écritures, organisées partout dans le monde dont en France – et pas que sur Paris, en région aussi. Ces soirées ont lieu chez des participants ou dans des cafés, bars, bibliothèques qui acceptent ces êtres étranges qui tentent d’écrire une histoire.

Le site du NaNo et les pages officielles ou officieuses sur les réseaux sociaux permettent aussi de discuter, d’échanger et d’avoir des conseils sur l’intrigue, les personnages ou de donner des pistes quand on est bloqué et que c’est la page blanche. Bref le NaNo c’est aussi et surtout une communauté.

D’ailleurs de ce point de vue c’est assez drôle de voir que ce principe de soutien mutuel pour réaliser un projet existe depuis un moment déjà, avant l’avènement du Web Social et Participatif. Parce que oui, souvent, on oublie que l’entraide et les échanges existaient avant les réseaux sociaux aussi. Bref c’était ma petite pensée philosophique du jour.

Bon et on fait quoi pour participer ?

Alors si tu te poses la question, NON, il n’est PAS trop tard pour participer. Si tu t’y mets dans la première semaine cela reste jouable sans souci !

Et donc pour s’y mettre il faut juste que tu ouvres un traitement de texte, et commence à écrire. Ou tu peux le faire sur papier, mais sache qu’il faut compter les mots et que donc le logiciel de traitement de texte te facilite grandement la vie pour ça.

nanowrimo_2016_webbanner_participant

Ensuite, tu peux aller t’inscrire sur le site officiel du NaNo, c’est par là : http://nanowrimo.org/ ! Tu te crées un compte et tu enregistres le nombre de mots que tu écris chaque jour. Cela te permettra de voir ton évolution, et de vérifier si tu es en retard ou non et de combien. C’est aussi un super moyen de garder sa motivation.

suivi-nanowrimo

Voilà ! Bon moi avec tout ça je n’ai pas atteint mes 1 666 mots du jour, mais je m’en approche, donc c’est un bon début. Reste plus qu’à trouver quoi écrire demain parce que je ne vais pas faire le même article tous les jours quand même – encore que ça peut être une idée pour augmenter artificiellement le nombre de mots, mais bon ça s’appelle de la triche.

Alors, tu es motivé ? Tu veux tenter l’aventure toi aussi ? On peut se soutenir si jamais !

Mon nom d’auteur sur le site officiel du NaNo : Littlelys et je suis donc aujourd’hui à 1 428 mots exactement !

Rendez-vous sur Hellocoton !