Le navet du mois : La cinquième vague !

Et la feuille de navet d’or revient à ……. TADATADATADAM -ceci est un roulement de tambour- …. La cinquième vague !

la-5e-vague-film

Retour au ciné cette semaine, et pas beaucoup de choix malheureusement. Oui, je n’habite plus dans une grande ville, du coup il y a un peu moins de choix au cinéma mais néanmoins il y a une salle et les films tournent quand même pas mal.

Nous nous sommes donc rabattu sur un film de science-fiction, genre apocalypse avec de petits hommes verts, bon le vert est bien là mais ils sont pas si homme ou pas si petit, bref. Un film qui n’augurait pas un chef d’oeuvre mais qui n’annonçait pas non plus une telle catastrophe -je parle du film en lui même, pas du scénar qui les multiplie les cata. Bref un film qui s’annonçait passable.

Mais non, c’est bel et bien un navet bien mur ! (ça me fait penser que j’ai du navet bio avec des courgettes dans mon bentô du jour)

navet-boule-or

Alors pourquoi est-ce un tel navet ?

Le film aurait pu être intéressant : des ET qui débarquent et commencent à vouloir éradiquer l’Humanité tel Dieu envoyant les 7 plaies à l’Égypte : impulsion électromagnétique qui stoppe tout – on se croirait dans Le jour où la Terre s’arrêtera – montée des eaux, virus etc. Les survivants tentent alors de survivre – ben oui c’est des survivants – en se regroupant dans des camps de réfugiés. L’armée arrive pour sauver tout le monde et là rien ne se passe comme prévu. Voilà le pitch.

Seventh Plague Of Egypt John Martin (1789-1854 British) Museum of Fine Arts, Boston, Massachusetts, USA /262-2083
Seventh Plague Of Egypt John Martin (1789-1854 British) Museum of Fine Arts, Boston, Massachusetts, USA /262-2083

Des clichés et des scènes WTF à n’en pas finir

Les clichés sont divers et variés, il y en a tellement que je ne sais même pas par où commencer. Mais comme je ne veux pas faire un roman, non non, je vais me limiter à seulement quelques uns.

  1. Les extraterrestres attaquent, ils décident donc ATTENTION SPOIL, ne lisez pas la suite si vous tenez à avoir un tout tout petit peu de suspens (même si dans le fond ça se sent à des kilomètres ce twist du scénar, pas très original mais efficace), de tuer les adultes et d’enrôler les enfants pour les utiliser comme chair à canon et être ainsi la cinquième vague d’éradication des humains.
    Et oui, ils sont malins ces ET, mais bons les gamins eux sont un peu cons, du coup faire un lavage de cerveaux à des imbéciles ça ne met pas bien haut le niveau intellectuel des aliens.

    The 5th wave Réalisateur : J Blakeson, 2015
    Quand les parents étaient encore en vie
  2. Dans cette fameuse base militaire des aliens sous couvertures humaines, les enfants s’entrainent à devenir des soldats : tous les clichés de l’entrainement et d’une compagnie de militaires sont là mais en miniature : de 6 à 16 ans ! Alors oui on pourrait croire que c’est fait exprès, le jeu de carte, le froussard, le « beau gosse type boy band », le loser ou intello au choix, le petit faiblard et les blagues misogynes mais non, il n’y a pas la moindre once de second degré ! Et le personnage de Ringer, punk à chien propre, ancienne gothique dépressive de cinq établissements scolaires d’où elle a dû se faire expulsée pour avoir fumer un peu sous les gradins ou taguer (et pas dans le sens de folksonomy!) un casier avec « Monde de merde » ou autres messages philosophiques dignes de tout adolescent star-système -oui j’en étais un aussi-, bref, ce personnage, est un vrai cliché de la tête brûlée ado rebelle et dépressif. Bref un put*%@ de cliché plutôt triste pour l’image de nombreuses femmes et anar, ou révolutionnaire !

    Ringer, le cliché de l'ado à problème .....
    Ringer, le cliché de l’ado à problème …..
  3. Cassie, la jeune lycéenne héroïne du film (si vous aimez l’écran noir vous l’aurez reconnu), amoureuse du beau mec populaire de l’établissement scolaire, se retrouve dans les bois à tomber amoureuse d’un mec visiblement plus vieux qu’elle, avec une barbe qui ne bouge pas d’un poil, c’est le cas de le dire, durant tout le temps de leur petite virée scout dans la forêt. D’ailleurs elle doit être de la famille à Wolverine, elle guérit super vite :  elle boite en souffrant dans la maison en visitant, puis après la découverte d’un secret, elle court hyper bien pour s’enfuir ! Bon ok on peut dire que c’est l’adrénaline qui joue là, mais bon quand même.The 5th wave Réalisateur : J Blakeson, 2015
  4. Le héros mi-alien et mi-humain, Evan Walker est le fils skyzo d’ET et de Chuck Norris (Walker Texas Ranger). Comment dire ça de façon gentillette….. non c’est pas possible. Ce mec c’est un peu la Carrie Matthison de la Cinquième Vague : il a des voix, il est skyzo tendance bi-polaire :
    Evan : – avant j’entends des voix dans ma tête puis un jour tout est devenu clair !
    Cassie: – et c’est la que tu as tué toute ta famille ! avoue !
    Evan : – Non non ! je les ai pas tués eux ! (mais bon les autres humains si)
    Bref, un mi-homme, mi-ET qui ne sait pas trop ce qu’il veut et qui saute dans les airs comme un loup-garou ou un vampire, d’ailleurs Cassie, tu ne l’as pas vu briller comme un diamant au soleil ? Mis à part qu’il se bat mieux que les autres aliens, pas très logique vu qu’il s’est ramollit avaché sur le canap’ des humains, ah non c’est vrai il coupe du bois : c’est un bucheron canadien en fait; il pose aussi des bombes puissantes tout seul, en très peu de temps en infiltration dans une base militaire ennemie -ou amie ?- ultra sécurisée. C’est d’ailleurs dans ces scènes de combat et de pose des bombes que son côté Chuck Norris ressort, le côté Walker d’Evan ! (oui oui je fais vraiment des jeux de mots pourris dans cet article)

    Oh un demi-alien, demi-bucheron !
    Oh un demi-alien, demi-bucheron !

On ne va pas continuer cette liste longue répertoriant les scènes WTF et les clichés, c’est déjà pas mal tout ça.

Le message sous-jacent ultra gênant

Ce film semble être soutenu par le lobby des armes aux USA. Des gamins de tous âges ont des armes, ils tuent des gens et sont enrôlés dans l’armée. WTF !

Pour petit rappel : dans la loi américaine, il est bien spécifié qu’il est interdit de filmer des enfants ou des ados au bord de l’eau (la mer, un lac, une rivière) ou une soirée quelconque sans un adulte pour surveiller. Par contre : les enfants peuvent prendre des armes pour se défendre et tuer des gens si ils pensent que leurs vies est en danger ou non. Comme dirait Cartman : « STAND YOUR GROUND » !!!

The 5th wave Réalisateur : J Blakeson, 2015

Je dois avouer que cette partie là nous est restée un peu en travers de la gorge. Alors oui, c’est avant tout un film, un divertissement, mais n’oublions pas que le cinéma hollywoodien fait souvent passer des messages dans ces films. La vague de films catastrophes des années 2007 à 2010 sont clairement un message de propagande aux citoyens américains et surtout au monde pour dire : une tornade, la fin du monde ? On s’en fout, on est américain, on s’en sortira quoi qu’il advienne… mais pas vous. Et il en est de même avec les films d’invasions de ces dernières années, finalement la vague de 2010 à 2015, qui véhiculent aussi ce message. Là, on le retrouve, avec en prime la promotion des armes : regarder c’est bien, nos enfants s’en servent pour se défendre. Oui on est bien loin de la caméra de Cloverfield, mais en même temps on ne se défend pas face à un alien avec une caméra ou un smartphone. Vivons donc avec notre époque (ironie inside).

The 5th wave Réalisateur : J Blakeson, 2015

Sur ce, je vous laisse le trailer du film et décider par vous même si vous souhaitez le voir. Et si vous l’avez vu, venez donc me donner votre avis ! Je suis toute ouïe !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Replies to “Le navet du mois : La cinquième vague !”

  1. Mon mari voulait le voir, je crois que tu as tué dans l’œuf mon envie. Je pense que je vais plutôt lire le livre histoire de ne pas être polluée par un message de propagande 🙂 et me faire une vrai idée du message de l’écrivain à la place.

    1. après, malheureusement, les adaptations cinématographiques de livres de science-fiction ou fantasy pour les ados et jeunes adultes sont souvent ratées… c’est dommage. J’ai une amie qui m’avait dit avoir lu les Gosip Girl ou autre dans le même genre qui lors d’une adaptation en série on perdu toute les parties intéressantes correspondant au second degré, ou à une mise en perspective du récit. Bref, les livres ne mourront pas ! (après je l’ai pas lu moi, du coup tu me diras si c’est bien ou non comme histoire quand tu t’y mettras 🙂 ) Et sinon, on a bien rit au ciné, mais c’était plutôt un rire jaune !

Les commentaires sont clos.