Eduquons les adultes

Tous les jours je prends le train, et tous les jours quasiment je m’étonne du degré d’immaturité des adultes.

Je pense qu’on gagnerait tous à être un peu bienséant tous les jours, polis et respectueux. Certains jours je suis saoulée, je tire la tête, mais je me retiens quand même, par respect pour les autres, de ne pas gueuler, de pas crier, de ne pas m’énerver. Mais beaucoup d’adultes ne savent pas se tenir.

Piazza_Maggiore_pillow_fight_2008

Je ne demande pas de bienveillance. Moi la bienveillance, je suis désolée mais je la mets dans le c** du premier qui m’en parle. C’est un terme qui m’énerve. Je ne dis pas qu’il n’en faut pas, mais je dis qu’il ne faut pas en sortir à toutes les sauces tous les jours. Quand on a pas envie, on a pas envie, on a pas besoin de se forcer à être bienveillant. Mais la bienséance, le respect et la politesse c’est la moindre des choses.

Reprenons les choses au début : les définitions !

La bienveillance, c’est le fait de chercher à apporter le bonheur à autrui.

Mais moi, quand je suis énervée, de mauvaise humeur, en deuil, triste, JE SUIS DESOLEE mais je n’aime PAS la bienveillance. Je ne veux pas que quelqu’un vienne chez moi pour chercher à m’apporter du « bonheur ». Ce n’est pas que j’aime particulièrement la tristesse, l’ennui, l’énervement, mais je préfère le gérer que d’en être frustrée. Et je n’aime pas les gens heureux, bienveillants et souriants quand je tire la tête. Cependant, je sais me tenir et je me tais, je garde mes sentiments négatifs pour moi, en évitant les gens, c’est plutôt de la bienséance.

La bienséance c’est le fait de savoir bien se tenir suivant des codes et des conventions à un moment et à un temps donné.

C’est la toute la différence. Et moi je prône la bienséance, le respect des autres et la politesse. Du coup, revenons-en à mon sujet de départ et mon titre :

Eduquons les adultes ! Pas seulement les enfants !

J’oserais bien un petit jeu de mot : « Hé ! Du co* les adultes » mais non, je vais me retenir.

Pourquoi ce titre ? Tout simplement parce que les adultes ne savent plus se tenir !!!!

Tu ne me crois pas ? Eh bien ce n’est pas les exemples qui me manquent, en deux semaines voici la liste, que dis-je le best-of :

  • Number 3 :

    Le train de 17h15 qui fait le Nancy-Strasbourg est toujours rempli. Les gens s’agglutine sur le quai alors que le ter de 3 wagons n’est même pas encore arrivé.

    Le train est là, et ça se bouscule à droite, à gauche, tout ça pour être le premier dans le train. Un homme, la cinquantaine, costume-cravate se précipite dedans, va à un espace famille (places à 4 dans le train), on s’approche à la recherche de deux places côte à côte, et on lui demande gentillement si on peut s’asseoir.
    Réponses : « Nan c’est réservé ! » Tout en mettant ses bras et jambes devant comme il peut.

    On est plus au collège, faut grandir un peu quoi ! Mais non dans les transports que ce soit en région parisienne sur le RER ou le métro ou en région avec les TER et trams c’est toujours le même combat.

    Pour avoir vécu au Canada et avoir passé deux semaines au Japon, je suis choquée de voir qu’en France c’est comme si on était dans une cour de récréation à l’échelle nationale : là-bas les gens s’alignent et attendent leur tour pour monter, ou alors ils ne se bousculent pas et respectent les autres. En France c’est plutôt : « pousse-toi de là que je m’y mette ! » Sympa.

    Red_Fox_vs_Grey_Fox_-_San_Joaquin_National_Wildlife_Refuge

    Dans cette histoire je rajouterai qu’en plus ce groupe de cadre/commerciaux ou je-ne-sais-quoi manquaient de beaucoup de respect en parlant vraiment très fort (parler dans un train c’est autorisé hein, mais couvrir les discussions de tout le monde c’est un peu gênant pour les autres et surtout ceux qui essayent de bosser dans le train, bref). En plus, une jeune femme faisait parti du groupe, et pour moi elle faisait de l’auto-flagellation : elle se rabaissait, sûrement sans s’en rendre compte et surtout alimentait d’elle-même des réflexions sexistes et machistes. Bref les femmes sont aussi la cause de l’anti-féminisme, mais bon les articles sur le féminisme pour l’instant je les laisse à Madame Sourire !

    Bref tout ça pour dire qu’ils m’ont bien saoulé juste pour une place à 4, j’avais l’impression qu’il fallait se battre pour entrer dans le bus comme quand j’allais au collège…

  • Number 2 : 

    Contexte : le train a du retard, et celui d’avant a été annulé. Du coup mon train est rempli. Des femmes d’environ la quarantaine sont debout dans le couloir, près de la porte et près de la contrôleur sncf.Pendant tout le trajet et surtout lors du malaise d’une personne dans le train, les deux femmes ne cessent de prendre à partie la pauvre contrôleur qui n’y peut rien si :
    – une personne a fait un malaise dans le train
    – le train d’avant a été supprimé
    – la sncf ne met pas suffisamment de trains à dispositionJ’avoue que la sncf me gave souvent sur beaucoup de point : les retards, les prix, les horaires etc… mais je sais pertinemment que ce n’est ni les personnes aux guichets ni les contrôleurs qui sont responsables de tout ça (bon ils peuvent être responsables d’autres choses, mais là je vais pas en parler). Donc les deux femmes m’ont bien bien saoulé en un premier temps.Mais le summum c’est quand le train s’arrête à un arrêt un peu plus loin (après l’immobilisation pour cause de malaise et où les lycéens et les fumeurs sont descendus du train, l’allégeant grandement), et où deux personnes descendent du train et deux autres y montent

    Voilà à peu près la discussion des deux femmes :
    (Parlant fort pour que la contrôleur entende)
    – Mais pourquoi on s’arrête ? Y’a plus de places !!! (le train avait perdus 20% de ses passagers, il y avait de la place, pas assise mais de place tout de même)
    – Oh non y’a des genns qui veulent monter. On prend plus personne.
    (La porte s’ouvre, deux personnes descendent et deux montent, la porte se referme et on repart)
    – Ah ben heureusement que deux personnes sont descendues et seulement deux sont montées.
    – Bah oui, ça compense ! Déjà qu’ils nous mettent pas assez de wagons !
    – Mais t’imagines si ça avait été un obèse ?
    – Ben deux personnes qui descendent ça n’aurait pas suffit !

    A partir de là j’ai décidé de ne plus les écouter. C’est quoi c’est gens qui n’ont aucun respect pour les autres ? Et si il y avait vraiment eu quelqu’un en surpoids ou en obésité qui serait monté, je pense qu’elles ne se seraient pas gênées non plus.

    confrontation-930744_640

    On nous dit d’éduquer les enfants, de leurs apprendre des valeurs et la morale, le respect et la politesse, mais de l’autre côté les adultes sont des hypocrites malpolis. Comment voulez-vous que les enfants se comportent bien si on ne leur montre pas le bon exemple. Si je n’étais pas polie, je me serai levée et je leur aurait donné de bonnes baffes pour leur remettre les idées en place à ces deux là. Mais je sais me tenir en public moi !

  • Number 1 : Celui-là est magique, c’est le top du top !Replaçons le contexte : une gare, un train, des quais.

    Avec une amie nous attendions tranquillement le départ du train stationné à la gare de Nancy sur l’une des avant-dernières voies avant le hall.
    En face, une seule voie, un local électrique perdu dessus dans un coin, juste en face de nous (donc du train), et derrière le hall de la gare routière et à gauche le hall de la gare ferroviaire.

    Je regarde dehors tout en discutant, et là, sortie d’on ne sait quel film undergound, une femme (pas si vieille mais à l’air vieille – 30-35 ans, la cloque au bec et assez vulgaire) regarde à droite puis à gauche et va se cacher derrière le local (enfin plutôt le gros compteur) électrique et elle baisse son pantalon…
    Pour resituer : elle est sur quai, cachée de la gare par le compteur électrique mais avec un train pleins de passagers en FACE d’elle ! Vive la discrétion. D’autant plus que, les fesses à l’air, accroupie, elle téléphone et fume en même temps !

    Alors bon, j’applaudis quand même la faculté qu’elle avait de faire tout ça en même temps : fumer, pisser, téléphoner et me faire des gestes obscènes de loin, mais quand même, il y a des TOILETTES dans la gare, et le quai tout comme la gare ça reste un lieu public. Qu’est-ce que tu dirais si je venais pisser ou chier devant ta boîte aux lettres hein ? Du coup mademoiselle, faire ses besoins sur un quai de gare en insultant de loin les passages qui s’offusquent de ton manque de respect des lieux publics c’est pas franchement très poli ni très propre.

    N’empêche que je m’en rappellerai longtemps d’elle, surtout qu’après elle est venue nous agresser à la vitre de notre train : elle a remonté son pantalon, écrasé sa cloque, raccroché son téléphone et est venue sur notre quai, a failli montée dans le wagon mais n’a pas réussi et à toqué et crié à la fenêtre :
    « Vas-y t’as un problème toi ? C’est quoi ton problème ? Non mais viens ! »
    « J’ai pas de problème moi (intérieurement : c’est toi qui as des problèmes meuf). Occupe-toi des tiens, moi des miens »Bref vive la politesse et le respect !! Maintenant je vais éviter les coins perdus des gares…

    Gato_enervado_pola_presencia_dun_can

Je ne dis pas qu’il faut être gentil, poli, respectueux tout le temps. On a le droit, même moi je le fais, critiquer, faire « sa langue de vipère », bitcher, ou toutes autres expressions ayant le même sens. Mais il faut apprendre à être respectueux et polis en public si on ne veut pas que notre société ressemble à une jungle où tout le monde se bat pour un rien. Ah… attendez… mais… mais finalement c’est bien ça, nous vivons dans la jungle ! La planète des singes c’est bien ici, on s’est juste épilé !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire