Devenir parents : Level 1 – s’apprivoiser

Je ne fais pas souvent d’articles personnels. Finalement, je vais peut-être changer ça en cette année 2017. Pourquoi ? Parce que beaucoup de choses ont changé en un an et finalement j’ai ce besoin d’en parler aussi.

Cela fait donc un peu plus de 5 mois qu’un petit yéti, on va l’appeler le petit Strum (Monster à l’envers et puis ça ressemble à Stormtrooper et Storm, la tempête vu que mon père aimait bien m’appeler « l’Ouragan ténébreux », presque un nom de petit indien sioux ^^), bref cela fait donc un peu plus de 5 mois qu’un petit monstre est venu agrandir notre petite famille. La vie de la caverne a été bouleversée, nos habitudes et nos certitudes aussi. Donc voici l’article que j’ai écris il y a quelques temps déjà, enfin corrigé et donc adapté niveau âge du Strum.

Crédit photo : My Endless Love – photographie

« Nous voilà parents depuis presque six mois d’un petit monstre qui commence doucement à faire ses nuits, qui nous fait de grands sourires, mais aussi des pleurs et remplit beaucoup – mais alors beaucoup, beaucoup, beaucoup – de couches ! J’ai donc décidé de faire quelques articles sur les grands changements qu’entraîne l’arrivée d’un nouveau petit être à la maison. Et pour savoir dans quel ordre les écricres, je vais les faire dans l’ordre chronologique de nos petites découvertes et surprises de cette nouvelle vie à trois (enfin 4 si on compte le chat dans l’équation).

Phase 1 : la rencontre

Tout commence par un doux moment en novembre dernier… rectification ! La rencontre avec son enfant ce n’est pas comme un joli pré en fleur durant une journée ensoleillée de printemps, où l’on découvre amoureusement son enfant au milieu d’une rose ou d’un chou. Non, non, non, on nous ment. La rencontre avec ce petit être c’est un long très long moment de doutes, de souffrances, d’excitations, de joies, de pleurs. Chaque femme le vivra différemment et chaque homme aussi, mais l’accouchement du côté des parents et la naissance du côté de l’enfant, c’est un acte extrêmement violent. Certes ce n’est pas une violence au sens premier qui vous viendrait à l’esprit, mais ça reste un choc, une violence, c’est un moment où tout est mis en perspective et où l’histoire de chacun est présente et pèse sur ce moment, et c’est aussi un moment plein d’espérances et de projets pour l’avenir. Pour le dire d’un ton un peu cru : c’est une claque dans la gueule. Et avec ça on est censé l’aimer tout de suite cet enfant ?

Crédit photo : My Endless Love – photographie

Phase 2 : S’apprivoiser

Peut-être que pour certains/es c’était inné d’aimer tout de suite son enfant d’un amour immense et inconditionnel. Pour moi c’était plus une découverte, une rencontre avec une longue histoire qui s’écrira par la suite. Nous avions certes vécu presque neuf mois ensemble, mais nous ne nous connaissions pas plus que ça. C’est un peu comme des voisins qui savent que l’autre est là mais qui ne se croisent jamais, et puis POUF ! un jour on devient colloc !

Quand on a posé ce petit être fragile sur moi, j’étais crevée, au bout d’un long – à mes yeux, mais pas si long que ça finalement – travail de contractions et de poussés. J’étais, bien évidement, heureuse de sa venue au monde et super contente de le rencontrer, mais aussi démunie. Me voilà fasse à un individu dont je ne connais rien, qui ne parle pas encore, et avec qui je vais devoir vivre tout le reste de ma vie (ou au moins 18 ans le temps qu’il ait fini ses études et prenne son envol vers l’âge adulte et sa propre vie à lui). C’est très déconcertant comme ressentit. Que faire alors ?

Crédits : Un yéti dans les villes

Et bien : s’apprivoiser. Comme le petit prince et le renard s’apprivoise dans le récit de Saint-Exupéry. (C’est d’ailleurs l’une des raisons du prénom du petit monstre, il signifie “Prince” ou “Seigneur” en Celte) Il faut apprendre peu à peu à décrypter ses pleurs, ses besoins, ses envies. De son côté le petit doit lui aussi vous découvrir, tous deux en tant que parents, et en tant qu’individu. Mais ça se fait, il faut juste prendre son temps et avoir confiance l’un en l’autre. Et ainsi, chaque jour l’amour grandira et quelques semaines ou mois plus tard, on regarde son enfant et sans raisons particulières, l’on se dit qu’on l’aime plus que tout.

Creative Commons

C’est ça finalement devenir parents : c’est se découvrir, s’apprivoiser, et apprendre et grandir ensemble. »

Et toi ? Un avis sur la question ? L’amour était inné ou il t’as fallu du temps ? Ou si tu n’as pas encore d’enfants mais bientôt, comment te prépares-tu à ce chamboulement ?

Rendez-vous sur Hellocoton !